Crâne Modèle général

 

Il se compose de 22 os, sans compter les osselets de l'oreille. Hormis la mâchoire, ils sont immobiles et reliés entre eux par des sutures.

Le crâne peut être subdivisé en: une partie supérieure (la calotte), qui forme la cavité crânienne qui abrite le cerveau et une partie inférieure, le squelette facial (viscérocranaire).

Les os qui composent la calotte sont les os temporaux et pariétaux, les paires; et le frontal, le sphénoïde, l'ethmoïde et l'occipital, étranges.

Les os qui composent le squelette facial sont les os nasaux, les os palataux, les os lacrymaux, les zygomatiques, les mâchoires, les coquilles nasales inférieures, les paires et le vomer, étranges.

Vue précédente

Dans la vue antérieure du crâne, on distingue le front dans la zone supérieure et dans la zone inférieure, les orbites, la région nasale, la partie du visage située entre l'orbite, le maxillaire et la mâchoire.

Os frontal

Le front est formé par l'os frontal, qui fait également partie du rebord orbital.

Juste au-dessus de la crête orbitaire de chaque côté se trouvent des élévations appelées arcs superciliaires. Les arcades sourcilières sont plus prononcées chez les mâles que chez les femelles. Parmi eux, une petite dépression (la glabelle)

Dans la région médiane du bord orbital supérieur de chaque orbite, le foramen supraorbital (encoche supra-orbitaire) est clairement identifié.

L'os frontal, médial, émet un prolongement inférieur qui fait partie du rebord orbital médial.

Latéralement, l'os frontal émet un autre prolongement inférieur, l'apophyse zygomatique, qui forme le bord latéral supérieur de l'orbite. Ce processus s'articule avec l'apophyse frontale de l'os zygomatique.

Os zygomatique et nasal

L'os zygomatique (malaire) forme la partie inférieure du rebord orbitaire latéral, ainsi que la partie latérale du rebord orbitaire inférieur.

Supérieurement dans la région nasale, les os nasaux appariés s'articulent entre eux dans la ligne médiane et avec l'os frontal de manière supérieure.

Le centre de la suture frontonasale, formé par l'articulation des os nasaux avec l'os frontal, constitue la nasion.

Chaque os nasal s'articule latéralement avec le processus frontal de chaque maxillaire.

Dans la région nasale, le trou piriforme est inférieur, ce qui représente la grande ouverture antérieure dans la région nasale. Cet orifice est limité en haut par les os nasaux et latéralement et en bas par les os maxillaires.

À travers le foramen pyriforme, les crêtes nasales fusionnées, qui forment la partie inférieure de l'os septal nasal et se terminent antérieurement dans l'épine nasale antérieure, ainsi que la concha nasale inférieure sont visibles.

Os maxillaire

Les os maxillaires occupent la région du visage entre l'orbite et les dents supérieures.

Plus haut, chaque os maxillaire contribue à former les arêtes orbitales inférieures et médiales. Chaque os maxillaire a un processus zygomatique qui s'articule latéralement avec l'os zygomatique et un processus frontal qui s'articule médialement avec l'os frontal.

Le corps maxillaire est situé en bas, ce qui correspond à la partie du maxillaire latéral à l'ouverture de la cavité nasale.

Le foramen infra-orbitaire est situé sur la face antérieure du corps maxillaire, immédiatement sous le rebord orbitaire inférieur.

En bas, chaque maxillaire se termine par le processus alvéolaire, qui contient les dents et forme le maxillaire.

La mâchoire

Dans une vue antérieure du crâne, la mandibule est la structure la plus basse. Il est formé par le corps de la mâchoire en avant et le ramus mandibulaire par derrière. Les deux parties se rencontrent plus tard dans l'angle de la mâchoire. Toutes ces parties de la mâchoire sont partiellement visibles dans une vue précédente.

Le corps de la mâchoire est divisé arbitrairement en deux parties: la partie inférieure est la base de la mâchoire, la partie supérieure est la partie alvéolaire de la mâchoire.

La partie alvéolaire de la mâchoire contient les dents. La base de la mâchoire présente une élévation dans la ligne médiane de sa surface antérieure (le menton), où les deux côtés de la mâchoire se rencontrent. Les régions légèrement plus hautes (les tubercules mentoniens) sont immédiatement latérales à la protubérance mentale.

 Latéralement, le foramen mental est observé à mi-chemin entre le bord supérieur de la portion alvéolaire et le bord inférieur de la base de la mâchoire. À la suite de ce trou, il y a une crête (la ligne oblique) qui va de la partie antérieure de la branche mandibulaire au corps mandibulaire. La ligne oblique est un point d'insertion des muscles qui abaissent la lèvre inférieure

 

Crâne Vue de face 1

Crâne Vue de face 2

Crâne Vue de face 3

Crâne Base

Crâne Vue de côté 1

Crâne Vue de côté 2

Crâne Vue arrière

Crâne Vue de dessous 1

Crâne Vue de dessous 2

Crâne La mâchoire

 

Vue de côté

Dans une vue latérale du crâne, on observe sa paroi externe composée de la région latérale de la calotte, du squelette facial et du milieu de la mâchoire.

Les os qui forment la partie latérale de la calotte comprennent les os frontal, pariétal, occipital, sphénoïde et temporal. Les os qui constituent la partie visible du squelette facial comprennent le nez, le maxillaire et le zygomatique. La mâchoire forme la partie visible de la mâchoire inférieure.

Partie latérale de la coquille

La partie latérale de la coque commence en avant par l'os frontal. À son extrémité supérieure, l'os frontal s'articule avec l'os pariétal au moyen de la suture coronale. L'os pariétal s'articule à son tour avec l'os occipital à travers la suture du lamboid.

Dans la partie inférieure de la région latérale de la calotte, l'os frontal s'articule avec la plus grande aile du sphénoïde, qui s'articule à son tour avec l'os pariétal au moyen de la suture sphénopariétale et avec le bord intérieur de l'os temporal. au moyen de la suture sphénoscamosale

La région où les os frontaux, pariétaux, sphénoïdaux et temporaux sont très proches est appelée ptérion.

La dernière articulation dans la partie inférieure de la région latérale de la calotte est établie entre l'os temporal et l'os occipital, au moyen de la suture occipito-mastoïdienne.

Os temporaire

L'os temporal constitue une grande partie de la partie inférieure de la paroi latérale du crâne. On peut distinguer les parties suivantes: La partie écailleuse, une grande surface plate qui forme les parties antérieure et supérieure de l'os temporal, contribue à la paroi latérale du crâne et s'articule en avant avec la plus grande aile du sphénoïde au moyen du suture sphénoscamosale et supérieure avec l'os pariétal au moyen de la suture écailleuse

Le processus zygomatique est une projection osseuse antérieure qui émerge de la surface inférieure de la partie squameuse de l'os temporal qui se projette initialement latéralement, puis se courbe en avant jusqu'à s'articuler avec l'apophyse temporelle de l'os zygomatique pour former l'arcade zygomatique. Immédiatement au-dessous de l'origine du processus zygomatique de la partie squameuse de l'os temporal se trouve la partie tympanique, l'ouverture acoustique externe conduisant au méat acoustique externe (méat auditif) étant clairement visible à sa surface.

La partie pétromastoïde qui, habituellement et à des fins descriptives, est divisée en une partie pétreuse ou rocheuse et une partie mastoïde.

La région mastoïdienne est la partie la plus postérieure de l'os temporal et la seule partie de la partie pétromastoïde visible dans une vue latérale du crâne. La partie antérieure se poursuit avec la partie squameuse de l'os temporal, articulée en haut avec l'os pariétal au moyen de la suture pariétomastoïde, puis avec l'os occipital à travers la suture occipitomastoïdienne. Ces deux sutures sont continues les unes avec les autres et la suture pariétomastoïde devient continue avec la suture squameuse.

À partir du bord inférieur de la portion mastoïde de l'os temporal, une proéminence osseuse importante (le processus mastoïde) est projetée en bas, ce qui sert de point d'insertion pour divers muscles.

 Médial au processus mastoïde, le processus styloïde est projeté depuis le bord inférieur de l'os temporal.

 

Partie visible du squelette facial

Dans une vue latérale du crâne, divers os de viscérocranium peuvent être observés, y compris l'os nasal, le maxillaire et l'os zygomatique, comme suit:

Un des petits os nasaux, paires. Le maxillaire situé au centre, dans la région inférieure, ses alvéoles dentaires, qui contiennent les dents, forment le maxillaire supérieur; dans la région interne, son processus frontal s'articule avec l'os frontal et latéralement, le processus zygomatique s'articule avec l'os zygomatique

L'os zygomatique, un os de morphologie irrégulière dont la surface latérale arrondie constitue la proéminence de la joue, est un élément central de cette vision latérale, contribuant médialement à la

formation du rebord orbitaire inférieur en raison de son articulation avec le processus zygomatique de l'os maxillaire; supérieurement, son processus frontal s'articule avec l'apophyse zygomatique de l'os frontal, participant à la formation du rebord orbitaire latéral; Dans cette vue latérale du crâne, l'apophyse temporale horizontale de l'os zygomatique se projette en arrière pour s'articuler avec l'apophyse zygomatique de l'os temporal et créer ainsi l'arcade zygomatique.

Un petit trou (le trou facial zygomatique) est généralement visible sur la surface latérale de l'os zygomatique.

La mâchoire

La mandibule est la structure osseuse la plus inférieure et la plus antérieure observée dans une vue latérale du crâne. On distingue une partie antérieure, ou corps mandibulaire et une partie postérieure ou branche mandibulaire.

L'angle de la mâchoire représente l'union du bord inférieur du corps de la mandibule avec le bord postérieur de la branche mandibulaire, les dents étant situées dans la partie alvéolaire du corps mandibulaire. Dans cette vue latérale, il est possible d'observer la protubérance mentale.

Le foramen mental est situé sur la surface latérale du corps de la mandibule et à l'extrémité supérieure de la branche mandibulaire, le processus condylien et le processus coronoïde sont observés.

Le condyle participe à l'articulation de la mandibule avec l'os temporal et le processus coronoïde est le point d'insertion du muscle temporal.

Vue arrière

Dans la vue postérieure du crâne, les os occipital, pariétal et temporal sont observés.

Os occipital

Dans cette vue du crâne, la structure principale qui est observée au centre dans l'échelle de l'os occipital, une région plate qui s'articule plus haut avec les paires d'os pariétaux au moyen des sutures lamboidées et latéralement avec les os temporaires, par les sutures occipitomastoideas. De petits îlots osseux (os de suture ou os wormiens) peuvent être observés le long de la suture lamboïde.

De nombreux détails anatomiques sont distingués dans l'os occipital. Dans la ligne médiane, il y a une projection (la protubérance occipitale externe) à partir de laquelle les lignes courbes projettent (latéralement) les lignes nucales supérieures. Le point le plus saillant de la protubérance occipitale externe est l'inion. À environ 2,5 cm des lignes nucales supérieures, il y a deux lignes courbes latérales supplémentaires (les lignes nucales inférieures). La crête occipitale externe s'étend vers le bas depuis la protubérance occipitale externe.

Os temporaires

Dans une vue postérieure du crâne, latéralement, les os temporaux sont observés, avec les processus mastoïdes proéminents. Au niveau inféromédial de chaque mastoïde se trouve une encoche (incisive de mastoïde), qui sert de point d'insertion du ventre postérieur du muscle digastrique.

Vue de dessus

Dans une vision supérieure du crâne, l'os frontal, les os pariétaux et l'os occipital sont observés. Ceux-ci forment les os qui forment la partie supérieure du calvaria cranial (calvaria)

Dans la direction antéro-postérieure, on distingue ce qui suit: L'os frontal unique s'articule avec les os pariétaux à travers la suture coronale, les deux os pariétaux sont articulés l'un à l'autre dans la ligne médiane par la suture sagittale. L'os pariétal s'articule avec l'os occipital, au moyen de la suture lamboid.

La confluence des sutures sagittale et coronaire constitue le bregma et l'union des sutures sagittale et lamboïde forme le point appelé lambda.

Les seuls trous visibles dans cette vue du crâne sont les trous pariétaux, situés à chaque pariétal sur les côtés de la suture sagittale, dans sa région postérieure.

Les os qui composent la coquille ont une structure caractéristique, constituée de tables internes et externes denses d'os compact, séparées par une couche d'os spongieux (le diploe)

Vue de dessous

Dans une vue inférieure du crâne, on observe sa base, qui s'étend antérieurement des incisives médianes aux nucales supérieures en arrière et latéralement aux apophyses mastoïdiennes et aux arcades zygomatiques.

À des fins descriptives, le baiser du crâne est généralement divisé en: une partie antérieure, qui comprend les dents et le palais osseux, une région médiane qui s'étend de la partie postérieure du palais dur au bord antérieur du foramen magnum en arrière, s'étendant du bord antérieur du foramen magnum aux lignes nucales supérieures

Partie précédente

Les principaux éléments de la partie antérieure de la base du crâne sont les dents et le palais osseux. Les dents dépassent des arcs alvéolaires des deux mâchoires. Ces arches ont la forme d'un U et bordent le palais dur des trois côtés.

 Le palais osseux est formé antérieurement par les processus palatins des deux os maxillaires et plus tard par les lames horizontales de chaque os palatin.

Les apophyses pariétales de chaque maxillaire se rejoignent dans la ligne médiane par la suture intermaxillaire. Les paires d'os maxillaires et les os palataux pariétaux sont articulés au moyen de la suture palatomaxillaire et les lames horizontales de chaque os palatin sont réunies dans la ligne médiane par la suture interpalatine.

En examinant le palais dur, on distingue les détails anatomiques suivants:

Dans la ligne médiane antérieure, immédiatement postérieure aux dents, se trouve la fosse incisive, dont les parois contiennent le foramen incisif (le moindre coût des conduits incisifs, qui représentent des passages entre le palais dur et la cavité nasale)

À côté du bord postérolatéral du palais osseux se trouvent, des deux côtés, les plus grands trous palatins qui conduisent aux plus grands canaux palatins.

Postérieurement aux foramens palatins supérieurs, dans le processus pyramidal de chaque os palatin, il existe des foramens palatins mineurs, qui conduisent aux canaux palatins mineurs.

Une projection osseuse nette (épine nasale postérieure) est observée dans la ligne médiane du bord postérieur libre du palais osseux

Région du milieu

La région médiane de la base du crâne est complexe

Dans sa moitié antérieure se trouvent les os vomer et sphénoïde

Dans sa moitié postérieure se trouvent les os occipitaux et les couples temporaux

Moitié précédente

Vomer

L'os vomer est situé dans la ligne médiane au-dessus, au-dessus de l'os sphénoïdal

Il contribue à la formation de l'os septal nasal qui sépare les deux choanae

Sphenoids

Le sphénoïde constitue la majeure partie de la moitié antérieure de la région médiane de la base du crâne.

Il a un corps situé au centre duquel une paire de grandes ailes et une autre paire de petites ailes se projettent latéralement. En direction caudale, les processus ptérygoïdiens sont projetés, immédiatement latéraux à chaque choana.

 Dans la vue inférieure du crâne, trois parties du sphénoïde sont observées: le corps, les grandes ailes et les processus ptérygoïdiens

Corps

Le corps sphénoïdal est un cube d'os situé au centre et comporte deux grands sinus pneumatiques séparés par un septum. Il est préalablement articulé avec le vomer, l'ethmoïde et les os palataux: postérolatéralement avec les os temporaux et plus tard avec l'os occipital

Processus ptérygoïdien

Les processus ptérygoïdiens se projettent dans une direction caudale à partir de la jonction entre le corps et les grandes ailes. Chaque apophyse a une lame interne étroite et une lame latérale plus large séparée par la fosse ptérygoïdienne.

Chaque plaque médiale du processus ptérygoïdien se termine en saillie inférieure par une projection irrégulière, le crochet du ptérygoïdien se divisant supérieurement pour former un petit creux plat: la fosse scaphoïde. Immédiatement supérieur à la fosse scaphoïde à la racine de la lame médiale du processus ptérygoïdien, il se situe dans l'ouverture du canal du ptérygome, près du bord antérieur du trou antérieur déchiré.

Plus grande aile

La plus grande aile du sphénoïde est latérale et postérolatérale à la lame latérale du processus ptérygoïdien. Il fait partie de la base du crâne et de sa paroi latérale. Il s'articule également postérieurement et latéralement avec l'os temporal.

Dans la vue inférieure de la surface de la plus grande aile, sur son bord postérolatéral, près de l'extrémité supérieure de la plaque latérale du processus ptérygoïdien, deux structures importantes sont observées, le trou ovale et le trou épineux.

Moitié arrière

La moitié postérieure de la région médiane de la base du crâne est composée de l'os occipital et des os temporaux.

Os occipital

L'os occipital, ou plus précisément la partie basilaire, se situe dans la ligne médiane, immédiatement postérieure au corps sphénoïdal. Elle s'étend postérieurement au foramen magnum et est limitée latéralement par les os temporaux.

Dans la région basilaire de l'os occipital, le tubercule pharyngé se détache, une protubérance osseuse par laquelle les structures du pharynx sont insérées à la base du crâne.

Os temporaire

La partie pétreuse de la région pétro-mastoïdienne de chaque os temporal est immédiatement latérale à la région basilaire de l'os occipital.

La partie pétreuse de l'os temporal présente un apex antéromédial en forme de coin. Il est limité à la plus grande aile du sphénoïde antérieur et à la partie basilaire de l'os occipital en arrière. Son sommet forme l'une des limites du trou déchiré, une ouverture irrégulière qui pendant la vie est occupée par un cartilage.

Le trou déchiré est limité médialement par la partie basilaire de l'os occipital et en avant par le corps sphénoïdal.

Postérolatéralement, le trou déchiré, déjà dans la partie pétreuse de l'os temporal, est la grande ouverture circulaire du canal carotidien.

Entre la partie pétreuse de l'os temporal et la plus grande aile du sphénoïde se trouve une rainure pour la partie cartilagineuse du tube pharyngoamigdaline (trompaauditiva). Cette rainure est poursuivie postérolatéralement avec un canal osseux dans la partie pétreuse de l'os temporal, également pour le tube pharyngophothylique.

L'échelle de l'os temporal, située latéralement à la plus grande aile du sphénoïde, forme l'articulation temporo-mandibulaire. Il contient la fosse mandibulaire, une concavité où la tête de la mâchoire s'articule avec la base du crâne. Le tubercule auriculaire proéminent est un détail anatomique important de cette articulation et consiste en la projection inférieure du bord antérieur de la fosse mandibulaire.

Arrière

La partie postérieure de la base du crâne s'étend de l'ordre antérieur du foramen magnum en arrière vers les lignes nucales supérieures. Il est formé par l'os occipital au centre et l'os temporal latéralement

Os occipital

L'os occipital est le principal élément osseux de cette région de la base du crâne. Il comporte quatre parties organisées autour du grand trou, détail anatomique important de cette région à travers laquelle l'encéphale est poursuivi avec la moelle épinière. Ces régions sont l'échelle postérieure à la grande eau: les parties latérales, extérieures au grand trou; et la partie basilaire antérieure.

Les parties latérales et l'échelle sont des éléments constitutifs de la région postérieure de la base du crâne.

Lorsque la base du crâne est examinée, la caractéristique la plus importante de l'échelle osseuse occipitale est une crête osseuse (la crête occipitale externe) qui s'étend en dessous de la protubérance occipitale externe vers le foramen magnum. Les lignes nucales inférieures s'étendent latéralement à partir du milieu de cette crête

Les parties latérales de l'os occipital immédiatement à l'extérieur du foramen magnum présentent de nombreux détails anatomiques importants.

De chaque côté du bord antérolatéral du foramen magnum, on observe les condyles occipitaux, structures arrondies qui s'articulent avec l'atlas (C1). Le canal postérieur de chaque condyle est une dépression (la fosse condylienne), qui contient le canal condylien et antérieure et supérieure à celle-ci, le grand canal hypoglosse. Le foramen jugulaire est latéral à chaque canal hypoglosse, un trou irrégulier et large formé par l'union des encoches jugulaires des os occipitaux et temporaux.

Os temporaire

L'os temporal occupe la partie latérale de la région postérieure de la base du crâne. Les parties de l'os temporal visibles dans cette zone sont la partie mastoïde de la région pétro-mastoïdienne et le processus styloïde

Le bord latéral de la partie mastoïde est identifié par le grand processus mastoïde conique qui se projette de la surface inférieure. Cette structure osseuse exceptionnelle est le point d'insertion de divers muscles. Sur la face médiane de l'apophyse mastoïde se trouve l'incisura mastoïdienne profonde, un autre point d'insertion musculaire.

Le processus antéro-interne à l'apophyse mastoïde est le processus styloïde, une structure aciculaire qui dépasse du bord inférieur de l'os temporal. Le processus styloïde représente également un point d'insertion de nombreux muscles et ligaments

Enfin, entre les processus styloïde et mastoïdien se trouve le foramen stylomastoïdien

Crâne en général

Il a la forme d'un ovoïde creux aplati sur sa face inférieure, l'extrémité la plus grande étant dirigée vers l'arrière et l'axe étant orienté obliquement de haut en bas et en arrière.

Il présente une surface externe ou exocranienne et une autre surface inférieure ou endocranaire. En le divisant en deux parties au moyen d'une section horizontale qui traverse l'éminence frontale moyenne et la protubérance occipitale externe, il en résulte deux parties dont la partie supérieure est la voûte et la partie inférieure la base.

Voûte

Configuration intérieure Il est constitué du frontal, du pariétal et de l'occipital; présente dans la ligne médiane devant la crête frontale moyenne. Derrière celle-ci s'étend le canal, qui correspond au sinus longitudinal supérieur, et sur les côtés desquels se trouvent les dépressions ou fosses qui abritent les corpuscules de Pacchioni, ainsi que les deux trous pariétaux. La surface concave des parietals porte les impressions vasculaires modelées par les ramifications du meninx moyen. Les fosses frontales, la suture frontopariétale ou coronaire, les fosses pariétales, la suture lamboidale et les fosses cérébrales occipitales sont également observées.

Configuration extérieure: Il comprend une région supérieure ou une chambre forte et une autre région latérale ou temporaire. Dans la ligne médiane et dans la partie antérieure de la première est située la bosse frontale moyenne derrière laquelle commence la suture bipariétale, formant le bregma avec le front. Dans la partie supérieure de cette suture, de chaque côté, on observe les deux trous pariétaux et, à sa fin, l'échelle occipitale qui, avec les pariétaux, forme le lambda. Cet endroit de l'échelle est parfois occupé par l'os epactal. Latéralement, les éminences frontales, pariétales et occipitales font saillie, et entre les premières et les dernières, les sutures disparaissent; peu marqué chez l'adulte le frontopariétal ou coronal et l'occipitopariétal ou lamboidea. Dans la partie latérale, la fosse temporale est limitée par la courbe temporale supérieure, et en ce sens l'aponévrose temporale est insérée, tandis que le muscle de même et le foramen ethmoïdal, la suture frontoéthmoïdale, les éminences orbitales et, derrière eux, la suture frontosphénoïdale. Dans la suture frontoéthmoïdale, il y a deux orifices qui communiquent avec les canaux ethmoïdaux, dont l'avant cède la place à l'artère ethmoïdale antérieure et au nerf nasal interne, tandis que l'artère ethmoïdale postérieure et le nerf sphénoéthmoïdal passent à travers le postérieur.

Le plancher médian de la base est auparavant limité par le canal optique et le bord postérieur des ailes inférieures du sphénoïde et plus tard par la plaque quadrilatérale de ce même os et par le bord supérieur du rocher. La selle turque se détache sur sa ligne médiane, ce qui limite le front avec le canal optique, tandis que le bord supérieur de la plaque quadrilatérale du sphénoïde forme sa limite postérieure; les côtés de la sella turcica sont définis par les deux canaux caverneux, qui portent le sinus caverneux et l'artère carotide interne. Les angles de cette fosse sont indiqués par les deux processus clinoïdes antérieurs et les deux processus postérieurs.

Les fosses sphénoïdales ou fosses pétro-phénoïdales sont situées sur les côtés des lignes médianes, formées du côté interne de la plus grande aile du sphénoïde et de la surface supérieure antérieure du rocher; on y trouve l'éminence arquée, le tegani tympani et la fosse gasser qui abrite le cavum Meckel avec le ganglion gasser. Dans ces fosses, il y a aussi des orifices différents. Premièrement, si vous commencez par l'avant, la fente sphénoïdale, qui se rapporte au crâne avec l'orbite et est traversée par les nerfs moteurs oculaires communs, moteurs oculaires externes, pathologiques et ophtalmiques. veine ophtalmique, tandis que sa partie la plus interne sert d'insertion à l'anneau de Zinn. Le plus grand trou rond permet au nerf maxillaire de passer. Le trou ovale, le nerf maxillaire inférieur et le petit nerf méningé. Le canal d'innommation d'Arnold, au petrosal superficiel et profond qui va au ganglion éthique.

Le petit trou rond, au milieu de la méningée. Le trou de vesalio, à une veine émissaire. Le hiatus de la trompe et du hiatus accessoire, les deux pétrosal superficiels, les branches du visage et le

pétrosal profond, né dans le nerf de jacobson. Le nerf vidien traverse le trou déchiré antérieur et traverse une membrane fibrocartilagineuse qui le scelle.

Par l'orifice interne du canal carotidien, situé au niveau du sommet de la roche, la carotide interne est extrudée puis introduite dans le sinus caverneux.

Le plancher postérieur a des limites, en avant, postérieures à la région médiane et, en arrière, au plan qui traverse les canaux horizontaux des sinus latéraux. Échantillon dans la ligne médiane du canal basilaire, qui abrite la protubérance annulaire, la moelle allongée et le tronc basilaire; le foramen occipital, traversé par la moelle oblongata et ses enveloppes, ainsi que par les artères vertébrales et le nerf spinal; la crête occipitale interne, qui se termine par la protubérance occipitale interne. Dans le premier cas, la faucille du cervelet est insérée et le second circonscrit la confluence des sinus occipitaux longitudinaux, rectaux, latéraux et postérieurs supérieurs, formant ainsi la proie herophile.

Les fosses cérébelleuses sont situées sur les côtés de la crête et plusieurs canaux s'ouvrent. Parmi ceux-ci, le canal pétreux supérieur, formé par le sinus pétreux supérieur du pétrosal, situé au bord supérieur du rocher et qui, dans son état frais, communique avec le sinus caverneux. Le conduit auditif interne, situé dans la partie postéro-supérieure du rocher et dont le fond est divisé en quatre fosses par lesquelles passent les nerfs auditifs, faciaux et intermédiaires de Wrisberg et de ses branches. L'aqueduc du vestibule, situé à l'extérieur du précédent et hébergeant le sac endolymphatique. Le trou précondylien cède la place au plus grand nerf hypoglosse. Le trou rétrocondylien, à une veine anastomotique. Les canaux latéraux partent de la protubérance occipitale interne et comprennent une partie horizontale et une partie verticale qui se terminent dans le trou déchiré postérieur. Dans la partie verticale de ces canaux se trouve le trou mastoïdien à travers lequel une veine émissaire communique avec le système circulatoire intracrânien avec l'exochre. Le canal petrosal inférieur abrite le sein du même nom, situé dans la suture pétrooccipitale. Enfin, le trou déchiré postérieur est formé par le bord antérieur de l'occiput et le bord postérieur du rocher et est divisé en deux parties par les épines jugulaires; tandis que la partie antérieure passe par le nerf glossopharyngé, le postérieur est à son tour divisé en deux, passant par l'avant des nerfs pneumogastriques et rachidiens, et le sinus latéral par l'arrière, qui devient alors une veine jugulaire interne.

Configuration externe

La surface externe de la base est circonscrite par une ligne qui, à partir de l'éminence frontale moyenne, est dirigée vers le processus orbital externe comprenant les arcs orbitaux, où se situent l'entaille supraorbitaire et le canal; Ensuite, le long du bord antérieur de la plus grande aile du sphénoïde, cette ligne se poursuit avec la crête sphéro-temporale, pour suivre la racine longitudinale du processus zygomatique et la courbe occipitale supérieure, se terminant par la protubérance occipitale externe.

La surface externe de la base est divisée en deux parties par une ligne transversale qui traverse les tubercules zygomatiques antérieurs. La partie antérieure est appelée faciale. La partie postérieure, quant à elle, peut être divisée en deux autres parties grâce à une autre ligne transversale qui unit les processus mastoïdiens. Parmi les parties résultantes, la moyenne est appelée jugulaire et occipitale postérieure.}

Antérieure ou faciale Dans la ligne médiane de cette région se trouvent successivement, en commençant par l’épine nasale du front, la plaque perpendiculaire

des ethmoids et de la crête sphénoïdale inférieure. Latéralement, la lamina cribosa de l'ethmoïde et le corps du sphénoïde sont observés et, de plus, les masses latérales de l'ethmoïde et le dôme des orbites.

Les trous olfactifs, la fente ethmoïdale, le foramen ethmoïdal, les canaux ethmoïdaux antérieurs et postérieurs, le sillon sphénoïdal et l'orifice du sinus sphénoïdal sont également situés dans cette région.

Partie médiane ou jugulaire. La ligne médiane comporte le processus basilaire de l'occipital, avec le tubercule pharyngé et la fosse naviculaire, et comporte des crêtes rugueuses pour l'insertion du recti antérieur, majeur et mineur de la tête. De chaque côté du processus basilaire, il y a un espace où le processus ptérygoïdien est situé en avant, et le processus mastoïde par le condyle occipital plus tard. Dans la partie externe de cet espace se trouvent le conduit auditif externe, la cavité glénoïde, circonscrit par la racine transversale du processus zygomatique et par la fissure du Glaser, le petit trou rond et le trou ovale. Dans la région postéro-lanterne, il y a: le foramen stylomastoïde, à travers lequel le visage se déroule; le trou déchiré postérieur, divisé par les processus jugulaires en deux parties avec la fosse jugulaire postérieure; le trou carotidien est placé devant l'avant et entre la crête qui porte le canal de Jacobson et l'aqueduc de l'escargot, déjà au bord postérieur du rocher; les tubes de la trompe d'Eustache et le muscle du marteau sont superposés et situés sur son bord antérieur; plus tard et plus tard la surface rugueuse pour l'insertion du péristaloïde interne; le trou précondylien situé devant le condyle occipital cède la place au plus grand nerf hypoglosse. Enfin, dans la région antérieure et antérieure, le canal vidien est ouvert, situé vers la base du processus ptérygoïdien, et le trou antérieur déchiré qui, avec le trou carotidien antérieur, occupe le sommet de la roche.

Retour ou occipital. Il montre dans la ligne médiane le foramen occipital et la crête occipitale externe, dont l'extrémité supérieure prolonge la ligne courbe occipitale supérieure, s'étendant latéralement jusqu'à l'apophyse mastoïde et dont la ligne courbe occipitale inférieure est parallèle à la partie antérieure. Il se terminera au niveau des processus jugulaires. Sur les deux lignes courbes et sur la surface rugueuse qui les sépare, divers muscles du cou sont insérés. Sur les côtés de la ligne médiane se trouvent le condyle occipital, avec le trou rétrocondile pour une veine émissaire, le processus jugulaire, dont la crête rugueuse sert d'insertion dans le rectus latéral de la tête; et le processus mastoïde, qui limite extérieurement le sillon digastrique et l'impression sculptée de l'artère occipitale.

 

Références

Drake, Vogl, M. Mitchell. Anatomie grise pour les étudiants. ELSEVIER. (2005) Espagne: 786-801

Rouvière, Delmas. Anatomie humaine Descriptif, topographique et fonctionnel. Volume 1. Tête et cou. 10e éd. Ed. Masson: 68-73

Schünke, Schulte, Schumacher, Voll, Wesker. Prométhée. Texte et Atlas d'Anatomie. Tête et neuroanatomie. Volume 3. Ed. Panamericana: 2-13

Testut, Latarjet. Compendium d'anatomie descriptive. Ed. Salvat: 34-39

Quiroz, F. Anatomie humaine. Volume 1. Ed. Porrúa: 91-98

 

Tête. Modèle anaglyphe

Des lunettes anaglyphes sont nécessaires pour une visualisation correcte.